Les Français souhaitent un rite funéraire moins ostentatoire et plus centré sur l'intime

F. Recours

4 pages Consommation & Modes de Vie N°CMV223

Résumé

La tradition de l'inhumation en France s'inscrit dans les principes de la religion catholique. Mais face à la montée de la crémation (1 % des obsèques en 1979, 28 % en 2007) et à la diminution de la pratique religieuse, quel est aujourd'hui le rôle du rituel funéraire? La cérémonie a-t-elle toujours la place qu'elle occupait autrefois ? Comment s'effectuent le travail de deuil et le maintien du souvenir? à la demande de la Chambre syndicale nationale de l'Art Funéraire (CSNAF), le CRÉDOC réalise tous les deux ans, depuis 2005, auprès des 40 ans et plus, une enquête sur les pratiques liées aux obsèques. Les résultats montrent que les rituels funéraires occupent encore des fonctions importantes dans la société, notamment comme repères transmis de génération en génération et comme amorces du travail de deuil. Les 40-69 ans préfèrent aujourd'hui un cérémonial plus intime et psychologique que social, autant lors de la célébration que dans le souvenir. La ritualisation ne disparaît pas, elle prend des formes nouvelles, avec des attentes fortes sur les services proposés (lieu accueillant, présentation du défunt, musiques et textes appropriés... ) et une profonde recherche de sens dans le choix des produits, par exemple le respect de l'environnement.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale