Après le chacun chez soi, le chacun pour soi ?

Sandra Hoibian

Consommation & Modes de Vie N°CMV317

Résumé

Télécharger le podcast - qualité CD format .WAV 218 Mo

Tenir ensemble, respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale pour préserver la santé de tous et l’engorgement des hôpitaux. Tel a été, pendant de longs mois, la direction fixée par les pouvoirs publics pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Si la question de l’efficacité des mesures prises pour endiguer le virus fait régulièrement l’objet de débats, les implications de la période sur «le vivre ensemble» ont été moins explorées. Réalisée plusieurs fois par an, l’enquête Conditions de vie et Aspirations du CRÉDOC montre qu’après un moment de solidarité collective lors du premier confinement, la cohésion de la société s’affaiblit. Le sentiment d’appartenance à un collectif diminue. La solidarité entre générations se fissure, un quart des jeunes a le sentiment que la société privilégie les plus âgés à leur détriment et, en miroir, les personnes âgées pointent les comportements irresponsables comme principale difficulté à contenir l’épidémie. Dans le même temps, les préoccupations de la population se tournent de plus en plus vers les questions sécuritaires ; les inégalités économiques créées par la crise restent moins inquiétantes pour les Français malgré leur accroissement depuis le premier confinement.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale