Payer davantage les « héro.ïnes du quotidien » une aspiration… déjà présente il y a vingt ans

Sandra Hoibian

Sourcing Crédoc N°Sou2020-4770

Résumé

La crise du coronavirus et le confinement ont mis sur le devant de la scène des professions peu valorisées, et souvent invisibles : caissier.e.s de supermarchés, éboueurs, brancardiers, magasiniers, infirmier.e.s, aides ménagères, aides à domicile, livreurs, gardes d’enfants, etc… Toute une armée de l’ombre, sans qui des professions mieux rémunérées (cadres, ingénieurs, etc.) ne pourraient se concentrer sur leurs taches souvent considérées comme apportant « de la richesse » à la société.

Reprenant une question déjà posée en 1998 dans son enquête barométrique Conditions de vie et aspirations des Français, le Crédoc a interrogé pendant le confinement (entre la mi-avril et le début mai), la population française sur leur estimation du salaire net mensuel d’un cadre d’une grande entreprise, et d’un.e caissier.e de supermarché.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale