Les opinions des Français en matière d'énergie

Travail collectif

Collection des rapports N°R142

Résumé

Depuis plusieurs années, l'enquête "Conditions de vie et Aspirations des Français" du CREDOC fournit toute une série d'informations sur les énergies utilisées et préférées par les Français en matière de chauffage du logement, de production d'eau chaude et d’équipements de cuisson. Elles sont complétées d’indications sur les types d’énergies présentant, selon les Français, les risques les plus importants d’augmentation des prix.

Le chauffage du logement

C’est le gaz naturel qui est le plus souvent utilisé pour le chauffage principal du logement : 28% des Français sont chauffés au gaz, contre 25% à l’électricité et 23% au fioul. Quand il s'agit d'une installation individuelle (82% de l'ensemble), gaz naturel et électricité dominent (respectivement 30% et 29% des cas) ; quand il s'agit d'un chauffage collectif, c'est le fioul qui est en tête (36% des cas).

La source d'énergie considérée idéale pour le confort (sans considération de coût) est avant tout, pour 38% des Français, l'électricité. Le gaz arrive en deuxième place (33%), devançant assez largement le fioul (16%). Par contre, la source d'énergie idéale en tenant compte du coût est, sans conteste, le gaz, avec 41 % des réponses ; l'électricité n'obtient que 13% des citations, passant à 9 points derrière le fioul.

C'est le gaz naturel qui serait le plus fréquemment choisi (39% des cas) en cas de remplacement du chauffage dans le logement actuel, tandis que l'électricité serait choisie dans 24% des cas. L'énergie qui serait choisie en cas de remplacement est assez fréquemment la même que celle utilisée actuellement ; ceci est surtout vrai pour le gaz naturel (69% des individus l'utilisant actuellement le choisiraient de nouveau en cas de remplacement). Cette stabilité des préférences vaut aussi en cas de changement de logement. Ainsi, 62% des Français choisiraient, pour un prochain logement, la même énergie que celle qu'ils utilisent actuellement : 81 % choisiraient de nouveau le gaz naturel, 55% resteraient fidèles à l’électricité et 54% au fioul. Pour ceux qui ne choisiraient pas, en cas de changement de logement, la même énergie que celle utilisée actuellement, les préférences se portent d'abord sur le gaz naturel, puis sur l'électricité.

Enfin, en cas de remplacement du système de chauffage dans le logement actuel, l'élément le plus déterminant du choix de l'énergie serait, pour 36% des Français, le coût d'utilisation. Par contre, en cas d'installation dans un futur logement, l'élément le plus déterminant du choix d'une énergie (autre que celle utilisée actuellement) serait avant tout le confort d'utilisation. Que ce soit pour le logement actuel ou pour un futur logement, quand on choisit le gaz naturel ou le fioul, c'est surtout pour le coût d'utilisation. Le confort d'utilisation est l’avantage majeur conféré à l'électricité ; on est également sensible à son côté "sécuritaire".

Le système de production d'eau chaude

60% des Français disposent actuellement, pour l'eau chaude, d'un appareil indépendant (chauffe-eau, chauffe-bain) et 39% disposent du chauffage central. S'ils devaient changer de système de production d'eau chaude, la plupart des Français adopteraient un système identique à celui dont ils disposent actuellement.

L'électricité est la principale source d'énergie utilisée pour l'eau chaude : elle fournit 48% des Français, tandis que le gaz naturel permet l'approvisionnement de 29% de nos compatriotes. Lorsque le système est assuré par appareil indépendant, la part de l'électricité atteint 75% ; par contre, quand le système est du type "chauffage central", le gaz naturel prend la tête et alimente 49% des systèmes collectifs de production d'eau chaude.

L'énergie choisie par les Français pour effectuer le remplacement de leur équipement de production d'eau chaude actuel serait, dans 50% des cas, l'électricité ; le gaz naturel arrive en seconde place avec un tiers des réponses. En cas de remplacement du système actuel, 27% des Français se détermineraient en fonction du confort d'utilisation (simplicité, propreté) de l'appareil et 24% en fonction de son coût d'utilisation. "Le confort d'utilisation" est plus souvent associé à l'électricité et "le coût d'utilisation" au gaz naturel et au fioul.

Les équipements de cuisson

C'est, de loin, l'électricité qui est l'énergie la plus souvent utilisée pour le four (65% des Français), devant le gaz bouteille (19%) et le gaz naturel (15%). L'énergie choisie pour effectuer un remplacement du four serait l'électricité pour les deux tiers des Français ; 20% opteraient pour le gaz naturel et 12% pour le gaz bouteille (butane, propane).

La formule la plus employée pour les plaques de cuisson est la formule mixte "gaz bouteille + électricité" (23%), suivie de très près par le gaz bouteille seul (23%). Le gaz naturel seul représente 20% des cas et l'électricité seule, 19%. C'est la formule "gaz bouteille + électricité" qui serait choisie en premier (25%) en cas de remplacement des plaques de cuisson, suivie par l'électricité seule (22%). Deux types de relations peuvent être mises en évidence :

1. L'énergie qui serait choisie pour les plaques est assez souvent celle qui est déjà utilisée (cela concerne de 43% à 74% des cas selon les sources d'énergie considérées).

2. L'énergie choisie pour le remplacement des plaques est assez souvent celle qui serait adoptée pour le remplacement du four.

Les critères les plus déterminants du choix pour le remplacement du four sont "la qualité de la cuisson" et "la simplicité d'utilisation" (chaque critère est cité par 24% de la population) ; ce sont les mêmes critères qui sont le plus souvent cités comme élément déterminant en cas de remplacement des plaques (avec respectivement 20% et 24% des réponses).

Les risques ressentis d'augmentation des ptix des différentes énergies

En fin 1992, 37% des Français craignent une augmentation relative du prix du carburant-auto dans les cinq ans à venir et 35% redoutent le même effet pour l'électricité. Ensuite, viennent les craintes pour le prix du fioul (12% des citations).

Les craintes vis-à-vis du prix de l'électricité, qui s'étaient sensiblement amenuisées en fin 1990, sont maintenant revenues à la situation de fin 1989. Les craintes concernant le prix du fioul, après la forte pointe de fin 1990 (précédant la guerre du Golfe), sont, quant à elles, redescendues aujourd'hui à leur niveau le plus bas depuis cinq ans. Les opinions sur les risques relatifs d'augmentation des prix dépendent surtout du sexe de l'enquêté, de son âge, de son niveau de diplôme et de la taille de son agglomération de résidence.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale