L'eau et les usages domestiques

B. Maresca - G. Poquet - L. Pouquet - K. Ragot

Cahier de recherche N°C104

Résumé

Depuis le début des années 90 les distributeurs d'eau enregistrent une baisse tendancielle des consommations d'eau, tant au niveau national qu'au niveau local. Cette perte est lourde de conséquences pour des entreprises habituées, depuis quarante ans, à une croissance régulière de leur activité de distribution d'eau.

Cette baisse a suscité de nombreuses interprétations : ont été évoquées l'évolution des équipements ménagers vers des appareils moins consommateurs d'eau, les économies gagnées par les syndics sur les fuites dans les immeubles, la progression des compteurs individuels, l'évolution des comportements des individus sous l'effet de différents discours largement médiatisés - la pression des écologistes, les inquiétudes sur la qualité de l'eau des réseaux, sur le rationnement de la ressource ou le renchérissement du prix du m3, etc. Beaucoup de causes dont on ne peut mesurer précisément l'impact, voire le sens.

Des études qualitatives montrent que les habitudes de consommation n'ont pas significativement changé au cours des dix dernières années. Il faudrait donc conclure que les comportements des ménages utilisateurs des réseaux n'expliquent pas clairement le phénomène tendanciel de la baisse des consommations.

Cette étude apporte des éléments de réponse à une des questions centrales dans les débats en cours. L'évolution récente du prix de l'eau, dont la courbe de croissance diverge fortement de celle de l'indice des prix depuis 1990, a t-elle à voir directement avec la chute des volumes distribués ? Et en corollaire, la hausse moyenne du prix de l'eau, qui a été de 56% entre 1991 et 1996, a t-elle ou non influencé la consommation des ménages, au point de contribuer à réduire les volumes facturés ?


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale