La prise en compte du long terme dans la conception et l'évaluation des politiques publiques :
1. Rétrospective de la prospective

Guy Poquet avec la collaboration de Marie-France Rasslin

Cahier de recherche N°C26

Résumé

La prospective tendancielle, telle qu'elle s'est illustrée en France dans les précédentes décennies, possède des limites évidentes. Utile quand elle a permis de révéler ou de préciser des dysfonctionnements potentiels, elle n'est cependant pas allé assez loin dans ce sens. La réflexion prospective doit désormais s'axer sur les processus de dérégulation, privilégiant ainsi l'évaluation des ruptures qui interviennent aujourd'hui dans les évolutions sociales, des blocages propres aux situations actuelles, des facteurs nouveaux qui obligent à repenser les objectifs, les formes et les instruments de la régulation sociale. Encore faut-il que les prospectivistes appréhendent lucidement les risques, les contraintes et les obstacles à franchir, que des pratiques professionnelles évoluent, que de vrais débats de société se réengagent.

A partir d'un tel constat, une question se pose brutalement : où en est aujourd'hui la prospective dans l'administration française et qui s'y intéresse ? Pour y répondre, le Département Evaluation des politiques publiques a mené une enquête pour identifier d'abord les missions et les moyens actuels des cellules chargées, au sein de l'administration, de mener une réflexion prospective. Les informations recueillies ont permis d'évaluer l'évolution, au cours des dernières années, de la demande d'études prospectives par les pouvoirs publics.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale