En France, les classes moyennes inférieures bénéficient moins de la redistribution que dans d'autres pays

R. Bigot - E. Daudey - J. Muller

4 pages Consommation & Modes de Vie N°CMV264

Résumé

Les classes moyennes sont-elles, comme on l'entend parfois, les grandes oubliées de l'état providence ? Selon certains, elles seraient trop "riches "pour bénéficier des aides sociales, mais suffisamment pour payer des impôts. Cette question revient régulièrement au-devant de la scène dans les débats publics, dans la plupart des pays et de longue date.
Le CRÉDOC a tenté d'évaluer les contributions financières des classes moyennes supérieures et inférieures aux divers prélèvements obligatoires, tout en mesurant les aides publiques dont elles bénéficient en retour. Leur situation en France est comparée avec celle d'autres pays de l'OCDE
sur la base des données harmonisées de la Luxembourg Income Study (LIS).
Les résultats de cette étude montrent qu'en France, la contribution nette des classes moyennes supérieures (sommes versées - sommes reçues) est aussi forte, en proportion, que celle des ménages de la catégorie "hauts revenus ". Inversement, les classes moyennes inférieures, tout comme les ménages de la catégorie "bas revenus ", bénéficient relativement moins des aides sociales que dans d'autres pays. En définitive, le système socio-fiscal français redistribue moins que les modèles scandinaves - ce résultat était attendu - et il redistribue même moins que le modèle anglais ou irlandais : dans ces deux pays, les classes moyennes inférieures sont davantage aidées tandis que les hauts revenus contribuent plus que les classes moyennes supérieures.


Contact

142, rue du Chevaleret 75013 Paris
01 40 77 85 10

ligne 6 station Chevaleret
ligne 14 station Bibliothèque
RER C station Bibliothèque
Bus 27 arrêt Nationale