Commandes

Votre panier

A tout moment, vous pouvez consulter votre panier.

Autres études et rapports à télécharger ou à consulter

L opinion des Français sur la participation des citoyens à une agence pour la biodiversité

P. Croutte

N° S4237 - Mai 2015

Thème(s) :
Conditions de vie / Société > Valeurs / Croyances / Modes de vie
Aménagement / Environnement > Environnement / Énergie / Eau / Déchets

Résumé :

Les Français affichent, en 2015, une sensibilité forte à l’environnement : 85% y sont sensibles, 38% se déclarant « très sensibles ». Pour autant, le contexte très particulier (crise économique, attentats, tensions internationales …) tend à faire passer les préoccupations environnementales au second plan. Paradoxalement, cette sensibilité ne s’accompagne pas d’une bonne connaissance de ce qu’est la biodiversité. Seul un Français sur 2 (57%) dit savoir ce que la notion de biodiversité recouvre. On constate de plus une tendance à la baisse de la connaissance de ce qu’est la biodiversité, un recul de 4 points par rapport à 2010.
S’il y a nécessité à protéger la biodiversité, c’est, aux yeux des Français, parce qu’elle est vitale et nécessaire à la vie sur Terre (56%) et aussi parce qu’elle constitue un patrimoine pour les générations futures (28%). Les motivations économiques ou esthétiques/ contribution au bien-être sont beaucoup moins présentes.
92% des personnes interrogées estiment que c’est une bonne idée d’associer les citoyens au fonctionnement d’une future agence pour la biodiversité. Près de six personnes sur dix (59%) posent comme condition principale à la légitimité de la participation citoyenne l’assurance que l’Agence prenne obligatoirement en compte leur avis dans ses décisions. Les Français pensent qu’il est préférable d’associer en priorité au fonctionnement de l’agence des citoyens volontaires, intéressés par la biodiversité (42%) plutôt que des membres d’association (17%), des riverains (16%), des élus (15%) ou des citoyens tirés au sort (7%). Ils sont hésitants sur le fait qu’il faille les former ou, au contraire, les laisser libres de donner leur avis sans être influencés.
Concrètement, une personne sur deux se dit prête à participer personnellement à des projets liés à la biodiversité. Celles-ci privilégient les actions de terrain, une relation de proximité à la biodiversité : au final, dans l’ensemble de la population, près d’une personne sur quatre (24%) se dit prête à s’engager de la sorte ; 10% accepteraient de répondre régulièrement à des enquêtes tandis que 9% participeraient à une dizaine de réunions tout au long de l’année sur le sujet.

13 pages

Mots-clés : biodiversité - environnement - écologie - nature - opinions - développement durable - protection de l environnement

téléchargement au format PDF télécharger gratuitement


retour