Commandes

Votre panier

A tout moment, vous pouvez consulter votre panier.

Collection des Rapports

La situation en 1997 des entreprises créées en 1994 par des chômeurs bénéficiaires d'une aide publique

M.-O. Simon

N° R208 - Janvier 2000

Thème(s) :
Économie / Marchés > Analyse sectorielle / Pratiques des entreprises
Politiques sociales / Emploi > Chômage / Publics en difficulté / Dispositifs sociaux

Résumé :

Le Système d'Information sur les Nouvelles Entreprises (SINE) mis en place par l'INSEE permet de suivre sur cinq ans des générations d'entreprises nouvellement créées. La première cohorte suivie par cette enquête correspond à des créations ou des reprises qui datent du premier semestre 1994. Près d'un tiers de ces nouvelles entreprises (30%) ont été créées par des chômeurs ayant bénéficié de l'ACCRE.

L'exploitation de la première vague d'interrogation, effectuée par le CRÉDOC, avait permis de mieux connaître le profil de ces chômeurs aidés, et les caractéristiques des entreprises qu'ils avaient créées, comparativement à celles créées par deux autres catégories de créateurs : les chômeurs ou personnes sans activité non aidés, et les actifs occupés.

Trois ans après leur création, presque la moitié des entreprises créées par les chômeurs aidés ont cessé leur activité (49%). Ce taux de fermeture est plus élevé que pour les actifs occupés (38%), mais il est un peu plus faible que pour les chômeurs non aidés (57%). Le taux obtenu sur l'ensemble des entreprises, tout statut confondu, est de 47%.

Parmi les dix types d'entreprises créées par les chômeurs aidés, certains ont connu plus de difficultés que d'autres : en particulier, les commerces sans ressources sont avec les agents commerciaux ceux qui ont le plus cessé leur activité : au mieux 45% d'entreprises ont survécu dans ces groupes. Les "commerces sans ressources" apparaissaient effectivement comme les entreprises les plus fragilisées, car cumulant les handicaps : secteur " à risque ", manque d'apport financier, manque de qualification professionnelle, manque de relations...

A l'inverse, les ouvriers reprenant l'activité de leur ancien employeur, donc partant d'une activité déjà installée, les commerces traditionnels ayant un apport financier important et éventuellement déjà une clientèle, et les "indépendants" (sociétés de conseils et assistances aux entreprises, informatique, recherche, publicité, …) profitant d'un réseau de relations déjà établi ont connu plus de réussites : moins d'un tiers de fermetures.

91 pages - 24,39 €

Mots-clés : création d'entreprise - demandeurs d'emploi - défaillance des entreprises - chômage

commander commander


retour