Commandes

Votre panier

A tout moment, vous pouvez consulter votre panier.

Consommation & Modes de Vie

Malgré les progrès de la médecine, la maladie grave fait de plus en plus peur

R. Rochefort

N° 51 - Juillet 1990

Thème(s) :
Conditions de vie / Société > Valeurs / Croyances / Modes de vie
Politiques sociales / Emploi > Santé

Résumé :

« La maladie grave » est aujourd’hui, de loin, la principale inquiétude des Français. Elle devance la peur de la drogue, celles de la violence et de l’insécurité, du chômage, thèmes qui arrivent en tête devant des préoccupations plus collectives comme l’environnement ou la pauvreté dans le monde.
Alors que les consommations de soins et de biens médicaux ont cru de 25% en 8 ans, la proportion de personnes les plus inquiètes de l’éventualité d’une maladie grave a progressé de 11%. Tout se passe comme si les succès de la médecine qui permettent l’allongement régulier de la durée de la vie n’étaient pas en mesure de « rassurer » les individus, mais, paradoxalement, contribuaient à amplifier leurs craintes en rendant plus perceptible, plus longtemps, le spectre de la maladie grave.
En retour, la crainte de la maladie explique en partie que la « demande » de santé soit si vive et que toute mesure, qui serait perçue comme devant limiter le développement de la médecine, soit condamnée à l’impopularité immédiate.
Cette inquiétude massive, si elle n’est pas sans fondement objectif, renferme aussi de nombreux aspects irrationnels. La maladie grave est la « peur » moderne de nos sociétés. Sa survenance individuelle demeure mystérieuse car aléatoire. Alors que la « forme physique » à tout âge de la vie est fortement valorisée, le fait de devenir malade est toujours susceptible d’être perçu comme une profonde injustice.

4 pages - 4,57 €

Mots-clés : médecine - maladie - santé - soins médicaux

commander commander


retour