Commandes

Votre panier

A tout moment, vous pouvez consulter votre panier.

Consommation & Modes de Vie

L'APE : une parenthèse de trois ans... ou plus

Marie-Odile Simon

N° 136 - Juin 1999

Thème(s) :
Conditions de vie / Société > Valeurs / Croyances / Modes de vie
Conditions de vie / Société > Éducation / Jeunes
Politiques sociales / Emploi > Famille / Politique familiale

Résumé :

Créée en 1985, l'allocation parentale d'éducation (APE) permet aux parents d'interrompre leur activité professionnelle pour élever leurs enfants. Initialement réservée aux familles ayant au moins trois enfants, elle est depuis 1994 attribuée dès le deuxième enfant. Elle peut être versée jusqu'au troisième anniversaire de l'enfant. Le nombre de bénéficiaires, essentiellement des femmes, est passé de 175 000 en 1994 à plus de 500 000 en 1997. S'interrogeant sur le devenir de ces femmes après une parenthèse de trois ans dans leur parcours professionnel, la Caisse Nationale d'Allocations Familiales (CNAF) a demandé une enquête au CRÉDOC afin de mieux connaître le profil des premières femmes ayant bénéficié de l'APE pour leur deuxième enfant et les conditions d'un éventuel retour à l'emploi.
Les femmes interrogées, surtout des employées et des ouvrières, occupaient pour les trois quarts un emploi avant de bénéficier de l'APE. Elles ne sont plus que la moitié à travailler à nouveau après. Le nombre de femmes au chômage est resté stable, c'est le nombre de femmes au foyer qui a augmenté. Deux types de femmes ont recours à l'APE : celles bénéficiant d'une forte sécurité d'emploi et celles ayant une trajectoire professionnelle fortement précarisée. Dans tous les cas, ces femmes s'appuient sur un conjoint bénéficiant lui-même d'une situation professionnelle stable.

4 pages - 4,57 €

Mots-clés : caisse d'allocations familiales - allocations familiales - allocation parentale d'éducation - congé parental - travail des femmes

commander commander   |  téléchargement au format PDF télécharger gratuitement


retour